Grammaire : les cocktails… en majuscule? Au pluriel?

Publié par Nathalie, le 26 mai 2016
cocktails et grammaire

C’est l’heure de la leçon de grammaire! La saison des apéros sur la terrasse débute enfin. Envie de savoir où placer les majuscules et la marque du pluriel sur votre liste de cocktails et boissons préférés cet été? Poursuivez votre lecture!

Quand utiliser la majuscule?

On identifie souvent les vins et spiritueux par leur provenance géographique : un bourgogne, un bordeaux, un cognac, etc. Dans ce contexte, on n’utilise pas la majuscule. C’est un peu comme si ces termes devenaient des noms communs. Pensez au champagne ou au porto :-)

Par contre, si ces termes sont utilisés en complément du nom, elles doivent commencer par une majuscule. Par exemple : les vins de Bordeaux. Il en va de même pour les noms de domaine, de château, etc. Puisqu’il s’agit de la marque, ils portent la majuscule. Quant aux cépages (cabernet, riesling, malbec, sauvignon, chardonnay…), ce sont des noms communs et ils s’écrivent avec une minuscule.

Et pour les bières? Rien de plus simple. Si le terme désigne la marque, il porte la majuscule. S’il désigne plutôt le type (ale, stout, etc.), la minuscule est requise. Pour en apprendre un peu plus sur le vocabulaire de la bière, lisez mon texte publié sur ce sujet il y a quelque temps.

Les cocktails quant à eux ne suivent pas de règle précise en ce qui concerne leur genre (masculin ou féminin) et leur graphie (minuscule ou majuscule). En général, la majuscule est utilisée. Nous écrirons donc margarita, manhattan, etc.

Quoi? J’ai écrit cocktail et non coquetel! Eh bien oui! Sachez que depuis peu, l’OQLF a reconnu l’usage de cet emprunt à l’anglais… enfin :-)

Un mojito, deux mojito ou mojitos?

Lorsqu’un nom de cocktail a été lexicalisé, c’est-à-dire reconnu comme étant un terme appartenant à notre langue, il prend la marque du pluriel. Pour les autres… eh bien! les règles ne sont pas vraiment établies. En général, on verra les noms simples prendre le pluriel et les noms composés rester invariables. Et comment sait-on si un nom a été lexicalisé? Il y a bien entendu le Grand dictionnaire terminologique de l’OQLF… et tout autre dictionnaire!